15 août 2009

Punta à e Cricche (2057), Capu à a Cuccula (2049), E Forcelle (1987), Capu Guagnerole (1967) et Punta Ghjarghjole (2105) - Haute-Corse

1/ Fiche technique
Randonnée réalisée depuis le Col de Verghju (1467), en circuit, le 14 août 2009.

Départ : col de Verghju, alt. 1467.
Point le plus haut : Capu à e Ghjarghjole, 2105
Difficultés : en soi, à l'exception d'e Forcelle, aucun des sommets n'est difficile. Cependant la crête entre Punta à e Cricche et la Bocca Guagnerola est à réserver aux seuls montagnards ayant le sens du terrain : cheminement très peu clair, rares cairns qu'il faut suivre scrupuleusement ; barres rocheuses et désescalades scabreuses (mais jamais exposées) sont également au programme. Parcours de crête cependant magnifique.
Intérêt : les vues originales sur le Tafunatu, le Golf de Porto et la vallée du Fangu.
Dénivelée : 1400 m.
Durée : 1h30 pour Cuccula, 2h pour Cricche, 3h30 pour la Bocca de Guagnerola, 3h45 pour le Capu di Guagnerola, 4h40 pour le Ghjarghjole. Descente : 2h par le GR20.
Vitesse moyenne de montée (m/h) : ~450
Vitesse moyenne de descente (m/h) : ~450

2/ Le récit
Depuis le Col de Verghju (6:55), il suffit de suivre la crête qui s'oriente d'abord au nord, puis au nord-ouest. Vers 1800m, elle se redresse pour atteindre un petit collet sur la crête que j'ai suivi jusqu'au point coté IGN 2017 (7:55). Plein nord, la Punta à e Cricche. Plus à l'ouest, le capu à a Cuccula. Séparés par un col, je décide de m'y rendre avant de décider dans quel ordre je vais les gravir. A ce col, je constate que pour suivre la crête qui m'amèra jusqu'au col de Guagnerole il faudra que je la suive sur son versant est. Je me rends donc sur le Capu à a Cuccula en suivant la crête parsemée d'aulnes (2049, 8:25, croix au sommet et magnifique panorama).
Retour au petit col et montée par des gros blocs puis un sentier à la Punta à e Cricche (2057, 9:00). Au sommet, première désillusion : la crête n'est pas aussi simple que je me l'étais imaginée. Il faudra bien la suivre sur son flanc oriental mais elle est balafrée de barres rocheuses et autres précipices. Deuxième désillusion : y descendre depuis la Punta à e Cricche ne semble pas plus évident. J'opte pour un couloir nord en désescalade. Ca passe (PDinf).
Quelques cairns me font dire que l'endroit a déjà été visité. Je les suis et lorsque je m'en écarte, c'est pour le regretter : ça ne passe pas.
Le point le plus délicat semble être au niveau d'E Forcelle que l'on atteint après avoir franchi la crête pour la suivre sur son versant ouest avant de revenir sur le versant est peu avant le sommet. La sagesse imposerait une redescente importante pour le contourner. N'en ayant pas envie, je décide de gravir ce sommet (1987, 10:00) pour m'en rendre compte par moi-même. Peu de solutions pour continuer à suivre la crête si ce n'est un couloir au nord de cette pointe que je désescalade (Fsup à PDinf).
Quelques zigzags entre les aulnes et me voilà enfin au col de Guagnerole (1833, 10:25, 1h30 depuis e Cricche).
Visite du pic du même nom (1967, 10:45), au panorama assez intéressant, notamment vers l'ouest. Puis toute crête plein nord pour retrouver le GR20 et grimper sans difficulté les éboulis me séparant du Capu à e Ghjarghjole (2105, 11:45). Pause casse-croûte et redescente par le GR20 puis le Mare à Mare nord au Col de Verghju (14:25).

3/ La carte du parcours
A suivre...

4/ Le profil