07 août 2009

Punta di Castelli, 2180 - Haute-Corse

1/ Fiche technique
Randonnée réalisée en circuit depuis la vallée de la Restonica le 7 août 2009.

Départ : route D623 de la vallée de la Restonica, alt. 1100.
Point le plus haut : Punta di Castelli, 2180
Difficultés : orientation par moment, passage sous la Punta pour rejoindre le plateau d'Alzu.
Intérêt : site des bergeries de Pozzi, sauvage, solitaire, la boucle par le plateau et le panorama général (notamment sur le Ritondu)
Dénivelée : 1250 m.
Durée : 3h + 2h30, (+30' de pauses)
Vitesse moyenne de montée (m/h) : ~450
Vitesse moyenne de descente (m/h) : ~500

2/ Le récit
Départ (6:45) de la D623 alt 1100, au niveau du parking rive droite de la Restonica. Montée jusqu'aux bergeries de Pozzi (8:35, 1825) par un sentier cairné, mais très peu fréquenté, donc parfois couvert par la végétation (ronce, aulnes...) malgré l'incendie de l'été 2000 qui a ravagé une partie de cette vallée. Les bergeries ruinées de Pozzi sont les plus hautes de Corse. Une cabane y a été restaurée et peut accueillir jusqu'à 8-10 personnes (table, bancs, bas-flancs, matelas).
Des bergeries, direction nord pour contourner par la droite une première difficulté, puis par la gauche une seconde (cairns). Plutôt que de me diriger vers le point 2118 sur la crête, je file à la première tour rocheuse (2182) qui se grimpe par sa face nord (30 m en bon granit, taffoni au sommet, 9:20) puis à seconde, accessible facilement toujours par le nord, par un court couloir évident en Fsup (9:30). Il suffit ensuite de suivre la crête plein nord pour atteindre la punta di Castelli (9:40, 2180). Vaste panorama, pause au sommet.
Pour la descente, option passage par le plateau d'Alzu, pour effectuer une boucle. Suivant les recommandations de Fabrikant, je reprends la crête vers la sud et cherche une échancrure évidente pour basculer vers l'est. Je me décide pour l'une d'elles (la seconde après le sommet, car j'en visualise plusieurs : la première, la plus au sud, qui file ensuite en diagonale sous la punta semble barrée par un bloc rocheux risqué à la désescalade -impression confirmée plus tard- ; la seconde que j'ai empruntée, et une troisième plus au nord). Mal m'en a pris, le couloir impose une première désescalade malcommode pour trouver une vire rocheuse (vers 2000m d'altitude) sans difficulté technique mais sans échappatoire si ce n'est celle que j'ai empruntée au bout d'une centaine de mètres par un rocher délité pour prendre pied ensuite au pied de la barre rocheuse qui défend la punta di Castelli, la limite supérieure des aulnes.
De là, descente à vue vers les sentes animales du versant sud-est du sommet pour retrouver le sentier cairné menant au plateau d'Alzu, atteint à 11h30, étonnamment désert.

3/ La carte du parcours
Elle est ici : http://www.openrunner.com/index.php?id=359076

4/ Le profil